CASTELNAU D'ESTRETEFONDS - PEINTURES DE MON PIGEONNIER DE DANIELLE LESUEUR EPOUSE SARTRES

Publié le par maite-infos

CASTELNAU D'ESTRETEFONDS - PEINTURES DE MON PIGEONNIER DE DANIELLE LESUEUR EPOUSE SARTRES

Tout comme Alphonse Daudet écrivait "Les lettres de mon Moulin", nous devons à Danielle Lesueur épouse Sartres "Les Peintures de mon Pigeonnier".

Depuis quelques mois, j'observe la construction d'un pigeonnier dans mon chemin, à Castelnau d'Estrétefonds.

En assistant au vernissage du Printemps des Arts de Castelnau, j'ai rencontré les propriétaires de ce "monument" et par ce fait j'ai eu l'agréable surprise d'apprendre que "Danielle" était artiste peintre.

Née en 1947, en Moselle, Danielle est issue de l'Ecole Normale d'Institutrices de Meurthe et Moselle à Nancy. Depuis l'âge de 6 ans, elle a toujours aimé dessiné et peindre.

Elle a exercé le métier d'institutrice jusqu'en 2002 dont 10 années à l'école publique de Castelnau d'Estrétefonds.

Durant sa carrière, elle s'est régalée à transmettre cet amour de la peinture et du pastel à ses petits élèves, à leur grande joie d'ailleurs.

Elle fait principalement de l'acrylique mais aussi du pastel sec, de l'aquarelle, d'après un modèle dont elle s'inspire ou une photo.

Dans quelque temps, elle s'installera au 1er étage DU PIGEONNIER que son mari est en train de terminer : CE SERA SON ATELIER.

D'ici la fin de l'année nous  aurons peut-être le plaisir de visiter cet atelier si particulier auquel elle est déjà très attachée.

Danielle partage sa passion avec une amie qui vient volontiers peindre avec elle chaque semaine.

A très bientôt Danielle, c'est avec un réel plaisir que je viendrai vous rendre visite.

Dans cette attente, vous êtes tous invités à découvrir ses œuvres, jusqu'au 15 mai, à la salle des fêtes de Castelnau, à l'occasion du Printemps des Arts.

 

CASTELNAU D'ESTRETEFONDS - PEINTURES DE MON PIGEONNIER DE DANIELLE LESUEUR EPOUSE SARTRES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS - PEINTURES DE MON PIGEONNIER DE DANIELLE LESUEUR EPOUSE SARTRES

Publié dans Infos

Commenter cet article