HISTORIQUE DES DÉBUTS DU JEU DE RUGBY

Publié le par maite-infos

HISTORIQUE DES DÉBUTS DU JEU DE RUGBY

Un grand merci Monsieur Christian Casado, pour les recherches que vous avez faites concernant l'historique du rugby et merci également de m'avoir autorisée à le publier sur mon blog.

HISTORIQUE DES DÉBUTS DU JEU DE RUGBY

"En 1823, la petite ville de Rugby, dans le comté de Warwick, est fière de son collège fondé trois siècles auparavant et fréquenté par les fils de l'aristocratie anglaise.

C'est l'heure de la récréation. Comme d'habitude, les élèves, avec leurs longs pantalons, leurs maillots cerclés de couleurs vives, se livrent à leur exercice favori, une sorte de jeu de Football où l'on a le droit de prendre le ballon avec les mains, de le relâcher aussitôt car l'on ne peut progresser vers le but adverse qu'au moyen de coups de pied exclusivement.

Soudain, l'un des plus jeunes gens, William Webb Ellis, âgé de 18 ans, saisit le ballon à pleines mains, le colle contre son ventre et, courant à toutes jambes, va le porter jusqu'au but.

Comment William Webb Ellis, l'un des plus brillants élèves et meilleur joueur, a-t-il pu commettre une pareille erreur ?

La faute est évidemment sanctionnée. Le soir, après l'étude, on interroge Ellis qui, en raison de sa forte personnalité et de son intelligence, fait autorité sur ses camarades.

Il s'explique :

- J'ai eu un réflexe. J'ai trouvé naturel qu' un ballon de forme ovoïde, à force d'y taper dedans avec les pieds, serait plus apte à attraper avec les mains.

A l'époque, les élèves fabriquaient leur ballon. Ils se servaient, en principe, d'une vessie de boeuf qu'ils bourraient de papiers et de chiffons et qu'ils recousaient une fois pleine.

Rond d'origine, il prenait vite une forme imprécise tellement éprouvé par les coups de pieds.

A force de persuasion et de sa forte personnalité, William Webb Ellis réussit à faire adopter la  notion de pouvoir attraper le ballon avec les mains mais la passe directe est interdite.

Le joueur doit se contenter de lancer le ballon de côté (pas en avant ce que l'on considérait déjà comme une faute) et ses partenaires qui reçoivent le ballon dans les pieds, devront attendre le rebond pour le reprendre en main.

Bref, un compromis entre l'ancien jeu et le nouveau permettant d'utiliser les mains sous conditions.

Le prestige du collège de Rugby a toujours été grand outre-Manche. Pour la parfaite éducation que les élèves y recevaient et pour ses méthodes hardies laissant une large place aux exercices physiques, on le considérait au XIXe siècle comme un établissement modèle.

Il n'est donc pas surprenant que le nouveau jeu pratiqué à Rugby gagne les autres universités britanniques. Mais partout il différait. Chacun appliquait ses propres règles.

Plusieurs réunions ont lieu mais impossible de s'accorder. Au contraire, le fossé se creuse de deux manières : l'une où l'on prend le ballon avec les mains, c'est à dire le "Football Rugby", l'autre où l'on se sert que des pieds, le "Football association".

L'emploi du ballon ovale sous son aspect actuel, remonterait au début de la fabrication des vessies en caoutchouc.

En 1871, lors des premiers matches internationaux, Angleterre-Ecosse, les deux équipes comptaient encore 20 joueurs :

13 avants, 3 demis, 1 trois quart et 3 arrières.

Ce nombre fut réduit à 15 en 1877 dont la disposition fut variable, à savoir d'abord, 9 avants, 2 demis, 2 trois quarts et 2 arrières  ; aujourd'hui, on est passé à 8 avants, 2 demis, 4 trois quarts et 1 arrière.

Publié dans Infos

Commenter cet article