PARIS - LES ARÈNES DE LUTÈCE

Publié le par maite-infos

PARIS - LES ARÈNES DE LUTÈCE

C'est par pur hasard que nous avons eu le plaisir de découvrir, ma soeur, mon beau-frère et moi-même,  l'un des derniers témoignages de la période gallo-romaine encore visibles à Paris.

"Les arènes de Lutèce" sont accessibles :

  • n° 49 de la rue Monge
  • rue des arènes
  • square René-Capitan dans le 5ème arrondissement.

Classées aux Monuments Historiques, elles se visitent gratuitement toute l'année.

Elles avaient double fonction : celle de théâtre et d'arène.

- Le théâtre :

Pour bénéficier d'un éclairage parfait, les représentations théâtrales avaient lieu au milieu de l'après-midi.

Environ 12 000 spectateurs y étaient accueillis.

Les acteurs récitaient leurs répliques dans des niches surélevées qui permettaient de projeter le son vers l'ensemble des spectateurs.

-Les arènes :

Elles étaient utilisées pour des combats de gladiateurs, des exécutions ou des combats de fauves.

Une statue de l'Empereur dominait l'arène. Lorsque celui-ci mourait, les Romains remplaçaient uniquement la tête par celle de son successeur. 

Grâce à Victor HUGO et à la lettre qu'il a écrite au Président du Conseil Municipal, les arènes ont été conservées car elles devaient être transformées en garage à omnibus.

 

"Paris le 27 Juillet 1883

Monsieur le Président,

Il n'est pas possible que Paris la ville de l'avenir renonce à la preuve vivante qu'elle a été la ville du passé.

Le passé amène l'avenir.

Les arènes sont l’antique marque de la grande ville.

Elles sont un monument unique.

Le Conseil Municipal qui les détruirait se détruirait en quelque sorte lui-même.

Conservez les arènes de Lutèce.

Conservez-les à tout prix.

Vous ferez une action utile, et, ce qui vaut mieux, vous donnerez un grand exemple.

Je vous serre les mains.

Victor HUGO"

 

 

 

 

 

PARIS - LES ARÈNES DE LUTÈCE
PARIS - LES ARÈNES DE LUTÈCE
PARIS - LES ARÈNES DE LUTÈCE
PARIS - LES ARÈNES DE LUTÈCE

Publié dans Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article