Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

MADELEINE AU SAUMON FUME

Publié le par maite-infos


P1050282 (Copier)

Recette de Sophie Dudemaine.

Pour 24 madeleines :

4 oeufs

160 g de farine

1 sachet de levure chimique

10 cuillères à soupe d'huile de tournesol

30 g de gruyère râpé

140 g de saumon fumé

1 cuillère à soupe de ciboulette (de mon jardin)

sel - poivre

 

Préchauffer le four à 250° C.

Casser les oeufs en séparant les blancs des jaunes.

Dans un saladier, mélanger la farine et la levure avec les jaunes d'oeufs à l'aide d'une cuillère en bois.

Fouetter légèrement les blancs d'oeufs avec une fourchette, sans les monter, puis les incorporer à l'ensemble.

Verser l'huile et mélanger vivement à l'aide d'un fouet.

Ajouter le gruyère puis mélanger.

Saler et poivrer.

Ajouter le saumon et la ciboulette. Mélanger.

P1050280 (Copier)

Verser 1 cuillère à soupe de pâte dans chaque alvéole du moule à madeleines préalablement beurré et fariné si nécessaire.

Mettre les madeleines au  four à 250° C pendant 4 minutes, puis baisser la témpérature à 210° C et laisser cuire pendant encore 6 minutes.

Démouler aussitôt.

P1050281 (Copier)

Elles sont excellentes. Je fais une grande confiance à Sophie.
Ces recettes sont toujours très bonnes. Merci Sophie.

 

 

Publié dans Amuse-bouches

Partager cet article

Repost 0

RISOTTO DE COURGETTES

Publié le par maite-infos



P1050236 (Copier)

"Cette recette, qui vient du nord de l'Italie, consiste à faire cuire progressivement du riz et des oignons (ou échalottes) dans un bouillon chaud jusqu'à ce que celui-ci soit absorbé.

Le risotto doit être crémeux avec des grains fermes (al dente) et détachés.

Le secret d'un bon risotto réside dans le choix du riz, la qualité du fond et la patience (le riz doit être constamment remué).

On peut l'agrémenter de poisson, de fruits de mer, de viande ou de légumes."

C'est la première fois que je réalisais un risotto. Je suis contente du résultat. Je remercie Cyril Lignac car cette recette a été relevée sur l'un de ses livres.

Pour 2 personnes :

1 courgette

1 cube de bouillon de volaille

1 échalotte émincée

130 g de riz spécial risotto (ARBORIO)

4 cuil. à soupe de vin blanc sec

1 cuil. à soupe de crème fraîche épaisse (2 cuil. à soupe de mascarpone sur la recette initiale)

40 g de parmesan râpé

2 cuil. d'huile d'olive

sel -poivre

 

Couper la courgette en petits cubes. Dans une poêle, chauffer une cuil. d'huile d'olive. Ajouter les cubes de courgette et les faire cuire en les mélangeant régulièrement. Saler et poivrer.

Dans une casserole, porter à ébullition 1/2 l d'eau. Ajouter le cube de bouillon et mélanger.

Dans une marmite, verser une cuillère d'huile d'olive. Ajouter l'échalotte et la faire revenir.

Ajouter le riz, mélanger pour bien enrober les grains de matière grasse.

Verser le vin et continuer à mélanger.

P1050235 (Copier)

Une fois le vin absorbé, ajouter une louche de bouillon chaud et remuer à nouveau jusqu'à ce qu'il soit tout absorbé.

Répéter l'opération jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de bouillon.

La cuisson prend de 20 à 25 minutes.

A la fin de la cuisson du riz, ajouter les courgettes, la crème fraîche et le parmesan.

Mélanger le tout et servir chaud.

-

Publié dans Entrée

Partager cet article

Repost 0

MADELEINE AU JAMBON ET AUX OLIVES

Publié le par maite-infos


P1050215 (Copier)

J'ai relevé cette délicieuse recette sur le carton d'emballage de mes nouveaux moules silicone TEFAL. Je l'ai légèrement modifiée.

Pour 16 madeleines :

3 oeufs

110 g de farine

5 g de levure chimique

80 g de beurre

1 tranche de jambon de Paris

15 olives vertes dénoyautées

Préchauffer le four à 220° (th. 7/8).

Faire fondre le beurre dans une casserole. Laisser refroidir.

Dans un saladier mettre la farine et la levure.

Ajouter les oeufs. Mélanger. Verser le beurre fondu. Mélanger.

Ajouter le jambon et les olives coupées en petits morceaux.

Laisser reposer la pâte 1/2 heure (facultatif).

Remplir les moules à madeleines.

P1050212 (Copier)

Mettre au four préchauffé à 220° pendant 4 minutes et baisser la témpérature à 200° pendant 7 minutes.

P1050213 (Copier)

Démouler à la sortie du four.

P1050214 (Copier)

Vous pouvez remplacer le jambon de Paris par du bacon et ajouter une cuil. à café de fines herbes.

La température du four est primordiale pour obtenir la fameuse bosse sur les madeleines.

-

Publié dans Amuse-bouches

Partager cet article

Repost 0

PAPILLOTES DE CABILLAUD A LA CONCASSEE D OLIVE

Publié le par maite-infos





P1050217 (Copier)

Pour 4 personnes

4 parts de dos de cabillaud de 150 g chacune

1 poivron vert

60g d'olives noires dénoyautées

1 cuil. à soupe d'huile d'olive

sel et poivre

Couper le poivron en 4. Retirer les graines et les filaments blancs puis passer les quartiers de poivron 15 minutes sous le gril du four, côté peau vers le haut, jusqu'à ce que celle-ci soit noire et boursouflée.

P1050210 (Copier)P1050211 (Copier)

Laisser refroidir dans une poche en plastique et ôter la peau. Couper grossièrement la pulpe au couteau puis l'écraser à la fourchette. Réserver.

Hacher finement les olives au mixeur.

Préchauffer le four à 210° (therm. 7).

Poser 4 feuilles de papier sulfurisé sur le plan de travail et les enduire légèrement d'huile d'olive.

Etaler sur chaque feuille le quart de la purée de poivron puis poser un pavé de cabillaud et parsemer de hachis d'olives.

Verser quelques gouttes d'huile sur chaque morceau de poisson. Saler, poivrer.

P1050216 (Copier)

Fermer les papillotes.

Poser les papillotes dans un plat. Enfourner et cuire 15 à 20 minutes selon l'épaisseur des pavés.

 

L'atout santé :

"Poisson le plus pêché dans le monde, le cabillaud apporte des protéines en bonne quantité.

Il est riche en phosphore, en iode, en vitamines du groupe B et il contient aussi du potassium.

Le cabillaud est un poisson maigre et particulièrement digeste car les fibres qu'il contient sont tendres et très bien tolérées par le système intestinal.

Ce poisson est appelé aussi "morue fraîche", car, salé, il porte le nom de morue".

-

Partager cet article

Repost 0

MADELEINES A LA FLEUR D'ORANGER

Publié le par maite-infos

 


P1050209 (Copier)

Ingrédients (pour 24 madeleines normales et 20 mini)

85 g de beurre fondu

85 g de sucre en poudre

2 oeufs

80 g de farine

50 g de maïzéna

1/2 paquet de levure

2 cuil.  à soupe d'eau de fleur d'oranger (ou zeste d'orange, ou zeste de citron non traités).

 

Préchauffer le four à 240°.

Dans un saladier, fouetter les oeufs et le sucre.

Après blanchiment, ajouter la farine, la maïzéna et la levure. Bien mélanger.

Ajouter le beurre fondu et l'eau de fleur d'oranger.

Remplir les moules en silicone (sinon beurrer et fariner au préalable les moules en métal).

P1050207 (Copier)

Cuire 5 minutes à  240°, puis baisser le thermostat à 200° et continuer la cuisson 4 minutes.

P1050208 (Copier)

-

 



   

Publié dans Pâtisserie

Partager cet article

Repost 0

LA MADELEINE DE PROUST

Publié le par maite-infos


MARCEL PROUST


EXTRAIT DU TEXTE :


A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU DE MARCEL PROUST :

II y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n'était pas le théâtre et le drame de mon coucher, n'existait plus pour moi, quand un jour d'hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j'avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d'abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblent avoir été moulés dans la valve rainurée d'une coquille St Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d'un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j'avais laissé s'amollir un morceau de madeleine. Mais à l'instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d'extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m'avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. II m'avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu'opère l'amour, en me remplissant d'une essence précieuse : ou plutôt cette essence n'était pas en moi, elle était moi. J'avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D'où avait pu me venir cette puissante joie ? Je sentais qu'elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu'elle le dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature. D'où venait-elle ? Que signifiait-elle ? Où l'appréhender ? Je bois une seconde gorgée où je ne trouve rien de plus que dans la première, une troisième qui m'apporte un peu moins que la seconde. II est temps que je m'arrête, la vertu du breuvage semble diminuer. Il est clair que la vérité que je cherche n'est pas en lui, mais en moi. [...] Je pose la tasse et me tourne vers mon esprit. C'est à lui de trouver la vérité. Mais comment ? Grave incertitude, toutes les fois que l'esprit se sent dépassé par lui-même ; quand lui, le chercheur, est tout ensemble le pays obscur où il doit chercher et où tout son bagage ne lui sera de rien. Chercher ? pas seulement : créer. II est en face de quelque chose qui n'est pas encore et que seul il peut réaliser, puis faire entrer dans sa lumière. Et je recommence à me demander quel pouvait être cet état inconnu, qui n'apportait aucune preuve logique, mais l'évidence, de sa félicité, de sa réalité devant laquelle les autres s'évanouissaient. Je veux essayer de le faire réapparaître. Je rétrograde par la pensée au moment où je pris la première cuillerée de thé. Je retrouve le même état, sans une clarté nouvelle. Je demande à mon esprit un effort de plus, de ramener encore une fois la sensation qui s'enfuit. Et, pour que rien ne brise l'élan dont il va tâcher de la ressaisir, j'écarte tout obstacle, toute idée étrangère, j'abrite mes oreilles et mon attention contre les bruits de la chambre voisine. Mais sentant mon esprit qui se fatigue sans réussir, je le force au contraire à prendre cette distraction que je lui refusais, à penser à autre chose, à se refaire avant une tentative suprême. Puis une deuxième fois, je fais le vide devant lui, je remets en face de lui la saveur encore récente de cette première gorgée et je sens tressaillir en moi quelque chose qui se déplace, voudrait s'élever, quelque chose qu'on aurait désancré, à une grande profondeur ; je ne sais ce que c'est, mais cela monte lentement ; j'éprouve la résistance et j'entends la rumeur des distances traversées. Certes, ce qui palpite ainsi au fond de moi, ce doit être l'image, le souvenir visuel, qui, lié à cette saveur, tente de la suivre jusqu'à moi. Mais il se débat trop loin, trop confusément ; à peine si je perçois le reflet neutre où se confond l'insaisissable tourbillon des couleurs remuées ; mais je ne peux distinguer la forme, lui demander, comme au seul interprète possible, de me traduire le témoignage de sa contemporaine, de son inséparable compagne, la saveur, lui demander de m'apprendre de quelle circonstance particulière, de quelle époque du passé il s'agit. Arrivera-t-il jusqu'à la surface de ma claire conscience, ce souvenir, l'instant ancien que l'attraction d'un instant identique est venue de si loin solliciter, émouvoir, soulever tout au fond de moi ? Je ne sais. Maintenant je ne sens plus rien, il est arrêté, redescendu peut-être ; qui sait s'il remontera jamais de sa nuit ? Dix fois il me faut recommencer, me pencher vers lui. Et chaque fois la lâcheté qui nous détourne de toute tâche difficile, de toute œuvre importante, m'a conseillé de laisser cela, de boire mon thé en pensant simplement à mes ennuis d'aujourd'hui, à mes désirs de demain qui se laissent remâcher sans peine. Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté ; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d'autres plus récents ; peut-être parce que, de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s'était désagrégé ; les formes - et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot - s'étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d'expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir.

J'espère que ce texte vous a plu et vous a rappelé des souvenirs d'enfance.

Quant à moi, je vous donnerai la recette des madeleines que j'ai faites cet après-midi dans mon prochain article.

En attendant, je vous souhaite un très bon W.E. 

Je vous embrasse.

Maïté 

Publié dans Infos

Partager cet article

Repost 0

LASAGNES AUX COURGETTES, TOMATES et POULET

Publié le par maite-infos


P1050200 (Copier)

Une bonne recette pour accomoder les restes d'un poulet cuit de la veille (par exemple) qui plaira aux petits comme aux grands.

plaques de lasagnes toute prêtes

1 kg de courgettes

1 cuil. d'huile d'olive

1 oignon

sel - poivre

herbes de Provence

400 g de chair de tomates (maison ou en boîte)

200 g de poulet cuit (Il restait deux cuisses et 1 entre-cuisse dans le frigo)

20 cl de crème fraîche légère

gruyère

Couper  finement en rondelles les courgettes et les faire revenir dans une poêle avec une cuillère d'huile d'olive.

Ajouter l'oignon émincé et poursuivre la cusson à couvert.

P1050197 (Copier)

Ajouter la chair de tomates, les morceaux de poulet coupés en petits morceaux, les herbes de Provence.

Saler, poivrer.

Dans un plat un  peu profond pour faire minimum 4 couches de pâtes, verser une couche de sauce, une couche de pâte à lasagnes et alterner jusqu'à épuisement des ingrédients.

Terminer par une couche de  pâte recouverte de crème frâiche et fromage râpé.

Mettre dans un four préchauffé à 180° pendant demi-heure environ. (Planter un couteau pour vérifier la cuisson des lasagnes.

P1050199 (Copier)

BON APPETIT.

 

 

Publié dans plat unique

Partager cet article

Repost 0

LAPIN "CHASSEUR"

Publié le par maite-infos




P1050168 (Copier)

Pour 5 personnes

1 lapin découpé

2 cuil. à soupe d'huile d'olive

2 échalottes

1 verre de vin blanc sec

1/2 verre d'eau

1 bouquet garni

1 boîte de pulpe de tomates en dés (400 g)

200 g de champignons de Paris

sel

poivre

Faire revenir les morceaux de lapin dans une marmite avec 1 cuil. d'huile.

Quand ils sont  bien rissolés, ajouter les échalotes hachées.

P1050161 (Copier)

Mouiller avec le vin blanc et l'eau. Assaisonner de sel, poivre, bouquet garni.

Ajouter la pulpe de tomates.

P1050163 (Copier)

Couvrir et mettre à cuire à petit feu pendant environ 45 minutes.

Pendant ce temps, faire revenir les champignons coupés en lamelles dans une poële avec une cuil. d'huile d'olive.

P1050164 (Copier)

-

 

 

Publié dans Viande

Partager cet article

Repost 0

RISOTTO DE QUINOA AUX POIVRONS

Publié le par maite-infos

   
    P1050159 (Copier)



J'ai relevé cette délicieuse recette sur le livre de Valérie CUPILLARD (QUINOA).

Je l'ai très appréciée et je suis sûre que vous aussi vous devriez l'aimer.

Ingrédients pour 4 personnes

2 verres de quinoa

4 verres d'eau

2 poivrons rouges

1 carotte

2 branches de persil

1 pincée de gingembre en poudre

2 cuil. d'huile d'olive

sel

Emincer les poivrons et la carotte en lamelles fines et les faire cuire à l'étouffée dans une marmite avec un demi-verre d'eau et l'huile d'olive.

P1050157 (Copier)

Dans une casserole, verser le quinoa et l'eau.

Faire cuire à feu doux et à couvert jusqu'à ce que l'eau soit absorbée (compter environ 10 à 15 minutes).

Saler et laisser gonfler, hors du feu, à couvert, une dizaine de minutes.

Lorsque les légumes sont cuits, ajouter le persil, saler et poudrer de gingembre.

Verser dans le bol mixeur du robot et réduire en coulis.

Verser ce coulis dans la casserole de quinoa lorsque celui-ci est cuit.

Bien mélanger en ajoutant une cuil. à soupe d'huile.

(j'ai préféré présenter le quinoa entouré d'un cordon de coulis. Chacun faisant lui-même son mélange).

-

Publié dans recettes sans gluten

Partager cet article

Repost 0

TABOULE AU QUINOA

Publié le par maite-infos




P1050166 (Copier)

j'ai relevé cette recette, que j'ai légèrement modifiée, sur le livre de Valérie Cupillard, spécialiste de gastronomie bio et végétarienne.

Pour 4 personnes

2 verres de quinoa

4 verres d'eau

4 tomates

1 petit concombre

1 oignon

1 botte de persil

4 cuil. à soupe d'huile d'olive

1 belle poignée de menthe fraîche

1 jus de citron

sel - poivre

Dans une casserole, verser le quinoa et l'eau.

Laisser cuire à couvert et à feu doux jusqu'à ce que l'eau soit absorbée (compter environ 10 à 15 minutes dès l'ébullitiion).

Hors du feu, laisser gonfler à couvert encore 10 minutes, le quinoa sera plus aéré.

Le mettre au frais dans un saladier.

Couper les tomates, le concombre en tout petits dés. Hacher l'oignon, le persil et la menthe.

Ajouter tous ces ingrédients dans le saladier ainsi que l'huile et le jus de citron.

Saler, poivrer.

Mettre au frais avant de le servir.

RICHESSE NUTRITIONNELLE DU QUINOA

"Bien que son utilisation culinaire soit similaire à celle des cérérales, cette plante n'appartient pas à la famille des graminées (comme la plupart des céréales), elle s'apparente plutôt à la famille des épinards et des betteraves.

Les petites graines rondes de quinoa sont très riches en principes nutritifs, elles contiennent un taux élevé de magnésium, de fer, des vitamines E et C, des acides gras insaturés et essentiels (comme les fameux oméga 3)... et tous les acides aminés essentiels sont présents. Cette teneur en proétines lui confère d'ailleurs une place de choix dans la cuisine végétarienne.

Très digeste et ne contenant pas de gluten, il est bien accepté par les personnes qui connaissent des difficultés digestives ou des allergies alimentaires."

 

 

Publié dans recettes sans gluten

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>