UNE PETITE HISTOIRE POUR LE W.E.

Publié le par maite-infos

Mamie Marie


Ma grand-mère maternelle


Mamie Thérèse

Ma grand-mère paternelle


L'HISTOIRE DU TABLIER DE GRAND-MERE
 

Le principal usage du tablier de Grand-mère était de protéger la robe en dessous, mais en plus de cela, il servait de gant pour retirer une poêle brûlante du fourneau ; il était merveilleux pour essuyer les larmes des enfants et, à certaines occasions, pour nettoyer les frimousses salies.

Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les oeufs, les poussins à réanimer et, parfois, les oeufs fêlés qui finissaient dans le fourneau.

Quand des visiteurs arrivaient, le tablier servait d'abri à des enfants timides et, quand le temps était frais, Grand-mère s'en emmitouflait les bras.

Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet agité au-dessus du feu de bois. C'est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec jusque dans la cuisine.

Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes. Après que les petits pois aient été récoltés, venait le tour des choux. En fin de saison, il était ulitilisé pour ramasser les pommes tombées de l'arbre.

Quand des visiteurs arrivaient de façon impromptue, c'était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait faire disparaître la poussière.

A l'heure de servir le repas, Grand-mère allait sur le perron agiter son tablier et les hommes, au champ, savaient aussitôt qu'ils devaient passer à table.

Grand-mère l'utilisait aussi pour poser la tarte aux pommes à peine sortie du four sur le rebord de la fenêtre pour qu'elle refroidisse, tandis que, de nos jours, sa petite fille la pose là pour la décongeler.

Il faudra de bien longues années avant que quelqu'un invente quelque objet qui puisse remplacer ce bon vieux tablier qui servait à tant de choses.

-

Publié dans Histoires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierre rochette 25/01/2013 22:59


 LE POELE A BOIS


ma mère faisait des toasts su l’poêle à bois
quand j’t'ais p’tit gars, quand j’t'ais p’tit gars
à m’disait le bonheur, c’est comme le beurre
ça fond dans bouche aussitôt qu’on y touche


mais si tu me tiens ben la main
pis qu’tu me donnes un gros câlin


m’en va t’serrer si fort
que dans vie
tu manqueras jamais de rien


y aura d’mon poêle à bois
dans chacun d’tes chagrins


2-


mon père mettait des bûches dans l’poêle à bois
quand j’t'ais p’tit gars, quand j’tais p’tit gars
y m’disait la passion, c’est comme la braise dans l’fond
ça vire en cendre, si tu la laisses descendre


mais si tu r’gardes tes souliers
pis ma manière de tes lasser


m’en va serrer si fort
que dans vie
tu manqueras jamais de rien


y aura d’mon poêle à bois
dans chacun d’tes chagrins


3-


c’est pas pour rien qu’ma maison c’est la rue
comme un p’tit gars, comme un p’tit gars
dans cheminée, quand j’vois sortir d’la fumée
ca m’rappelle le poêle à bois de mon passé


j’ai ma mère au creux d’ma main
pis mon père au boutte du soulier


m’a les aimé si fort
que dans vie y manqueront jamais de rien


y aura d’leu poêle à bois
dans chacun d’mes câlins


y aura d’leu poêle à bois
dans chacun d’mes câlins


Pierrot

maite-infos 26/01/2013 15:42



Un grand merci pour ce joli poême et pour l'adresse du site. Très bon W.E. A bientôt.



jean 19/02/2012 17:49


Magique, le tablier de nos grand-mères! Merci aux 2 tiennes auxquelles tu dois ton prénom. JJ

journalderoberte 18/02/2012 20:48


Très beau, tu es un as !!!


Je connais l'histoire avec le tablier et les pommes de terre...


Bisous, Roberte.