CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES

Publié le par maite-infos

CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES

Madame Johanna Vidale sera la bergère attitrée de ces 18 moutons dont la race est originaire de l'ile d'Ouessant dans le Finistère.

CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES

Un grand merci aux enfants pour la trentaine de "petits moutons" réalisés par leurs soins.

Merci de cliquer sur les photos pour les faire défiler :

CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES
CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : LES MOUTONS D'OUESSANT SONT ARRIVES

Article relevé ce jour sur le journal "La Dépêche du Midi" :

"Les moutons d'Ouessant ont entamé leur révolution ! Après Glassolutions, à Bruguières, c'est un cheptel de 18 bêtes qui arrivera ce jour sur la plateforme logistique de La Poste, à Eurocentre. Et si, pour une fois, ce n'était pas une espèce animale qui était menacée mais... des engins mécaniques? Et en particulier, les tondeuses à gazon ? Évidemment, l'idée semble saugrenue. Mais elle n'est cependant pas dénuée de sens surtout au regard de la multiplication d'une méthode à la fois nouvelle et très ancienne pour entretenir les espaces verts : l'installation de moutons tondeurs. Aujourd'hui, c'est le groupe La Poste qui emboîte le pas. Sur son immense plateforme de logistique, à Eurocentre, elle recevra aujourd'hui dix-huit moutons d'Ouessant dont la mission sera de brouter les quelque 20 000 m2 d'herbe qui entourent les bâtiments, soit à peu près l'équivalent de quatre terrains de rugby. C'est la désormais très connue société Ecomouton qui les livrera. Basée en région parisienne, elle propose déjà sa prestation à plus de soixante-dix entreprises en France dont Renault, Storengy, RTE, Truffaut et Nature et Découvertes et, depuis quelques mois, à l'entreprise Glassolutions de Bruguères. Là, six moutons dévorent 6000 m2 d'herbe tendre. Une opération similaire avait également été expérimentée avant à Plaisance du Touch. A Castelnau-d'Estrétefonds, c'est une bergère, que l'on découvrira ce jour lors de la présentation officielle, qui aura la charge de bichonner le cheptel. Coût identique Joindre l'utile à l'agréable, avec comme but la préservation de notre planète, dans chacun des cas, cette motivation est clairement affichée par les dirigeants des sociétés. A la direction de La Poste, Olivier Marçais explique que cette démarche «est dans la droite ligne de la politique développée par le groupe en matière de développement durable. Nous avons déjà équipé tout le centre ville de Toulouse de voitures électriques et travaillons sur des modèles à hydrogène. Et nous augmenteront sans doute un jour le nombre de ces adorables petits moutons...». Pour un cout annoncé comme «identique à la une méthode mécanique», ce choix éco-responsable devrait sans aucun doute séduire de nouvelles entreprises. En attendant, bien que les cheptels soient distants de 8 kilomètres à peine, dans le Nord-Est, c'est tout de même 25 moutons qui ont déjà mis au rencart les engins motorisés. La révolution des éco-tondeurs est en marche ! Emmanuel Haillot"

Publié dans infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article