750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des informations, des recettes de cuisine....

LE JOUR DE L'AN D'UN MALHEUREUX - POÈME DE MON GRAND PÈRE PATERNEL

LE JOUR DE L'AN D'UN MALHEUREUX - POÈME DE MON GRAND PÈRE PATERNEL

Le jour s'éveillait gris, l'atmosphère était sombre...

Paris silencieux restait plongé dans l'ombre ;

A peine voyait-on sous leurs manteaux fourrés,

Se rendant "au marché" quelques valets pressés,

Un vent dur, glacial, une forte gelée

Tels étaient pour le moins les débuts de l'année...

Or, donc, ce matin là, Talis s’étant levé,

Torturé par la faim et son œil accablé,

Tandis qu'un lampion de sa flamme blafarde

Éclairant avec peine un coin de la mansarde

Contemplait sans arrêt un tout petit garçon

Qui dormait, là tout près, couché sur un haillon..

Il n'avait plus de pain et pour tout apanage

Avait vu s’amener le sinistre chômage ;

Malgré sa volonté, ses talents d'ouvrier

Il avait, certain jour, dû quitter l'atelier

Et n'ayant aujourd'hui plus un sou dans sa bourse

Se voyait dans Paris tout seul et sans ressource,

Il songeait méditant dans son esprit troublé

Sur l'horreur du présent, sur son bonheur passé,

Sur ses rêves d'hier, quand près de son Adèle

Il goûtait les bontés d'une épouse fidèle.

Mais la mort poursuivant sont infâme labeur

En passant au foyer avait brisé son coeur.

- Est-ce vrai, disait-il dans sa douleur amère,

Mon cher petit Lucien, que tu n'as plus de mère ?

Mon Dieu qu'ai je fait pour que soudain sous mes pas

Sur le seuil du bonheur, je trouve le trépas ?

Et l'homme maudissait l’horrible destinée

Quand l'enfant s’éveillant lui cria : "BONNE ANNÉE",

Viens près de moi Papa, viens je veux t'embrasser ;

Et son bras s'étendant envoyait un baiser...

Le geste du bambin fit tressaillir le père

Qui sourit aussitôt oubliant sa misère

Et sentant dans son coeur un espoir renaissant :

-Merci, mon Dieu, fit-il ; ce regard caressant

A fait par ta bonté dans mon âme contrainte

Revivre de l'espoir la flamme presque éteinte !

Et soulevant son fils d'un geste plein d'amour

De ses baisers ardents le couvrit à son tour.

 

 

 

LE JOUR DE L'AN D'UN MALHEUREUX - POÈME DE MON GRAND PÈRE PATERNEL
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
maite-infos

Mon plaisir : faire plaisir à ma famille et mes amis, en préparant des petits plats simples mais relevés avec.... beaucoup d'amour.
Voir le profil de maite-infos sur le portail Overblog

Commenter cet article
J
Magnifique poème!
Répondre