CASTELNAU D'ESTRETEFONDS : AMENAGEMENT DU LIT ET DES BERGES DE L'HERS

Publié le par maite-infos


Lu sur la Dépêche ce jour :

 

"La semaine dernière, les techniciens du Syndicat mixte du bassin versant de l’Hers (SMBVH) procédaient à une pêche en eau vive dans le lit de l’Hers.

Il ne s’agissait en rien d’une activité récréative, mais d’un prélèvement. De fait, tous les poissons capturés ont été relâchés.

Cette action entre dans le cadre de la 2e tranche du plan d’aménagement du lit et des berges de l’Hers-Mort que le syndicat mixte entreprend sur le site de la gravière «La Gravette».

Cette dernière cessera bientôt son activité et ses terrains ont été rétrocédés à la commune.

Pour Alexandre Insa, président du SMBVH, il existe une nécessité environnementale à procéder à ce chantier. «Il faut que les habitants puissent profiter du ruisseau comme d’un lieu de vie», souligne-t-il.

Pour bien comprendre l’intérêt de ces travaux, Matthieu Maurice, technicien du SMBVH, revient sur la genèse du projet.

«L’Hers a été aménagé dans les années1970-80, rappelle-t-il. A l’époque, on a créé un gros lit pour faire passer les crues qui reviennent tous les trente ans. Mais depuis, le milieu est très dégradé. Il n’y a plus de substrat au fond du lit, plus de galets, plus d’algues, moins de poissons et végétaux.

Ce chantier de renaturation représente 180 000 € de travaux sur environ 500 m de rives de l’Hers. C’est une grosse opération».

Les objectifs du SMBVH sont donc d’ajuster l’écosystème, de diversifier les écoulements et de valoriser la végétation.

Le chantier durera environ 4 mois.

C’est pourquoi, avant que les pelleteuses ne prennent le relais, les responsables du SMBVH ont procédé à ce prélèvement aquatique.

«Avant de commencer les travaux, on a lancé une étude d’impact. On a donc fait une pêche électrique pour voir ce qu’il y a comme poissons.

Un bureau d’étude a aussi fait des prélèvements d’insectes aquatiques, des analyses d’eau et toute une batterie de relevés. D’ici un an ou deux, on refera les mêmes études pour voir comment le milieu a réagi».


Le chiffre : 15 000 mètres cubes de galets.

C’est le volume de cailloux qui seront nécessaires pour recréer le lit de la rivière sur 500 m. Il est aussi prévu plus de 1 000 tonnes d’enrochement et au moins 2 000 arbres et arbustes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Smidts 13/09/2013 20:37


J'ai lu la Dépêche. C'est vrai, un immense travail. Bisous. Roberte.

guy59600 10/09/2013 23:25


un très gros chantier a venir


une bonne nuit bisous