750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des informations, des recettes de cuisine....

HISTOIRE DU BOUCLIER DE BRENNUS

HISTOIRE DU BOUCLIER DE BRENNUS

Le bouclier se nomme ainsi car il porte le nom de son créateur : Charles BRENNUS.

Sportif, Maître-Graveur-Ciseleur, il a été choisi par le Baron Pierre de COUBERTIN pour réaliser ce trophée pour la première édition du championnat de France qui opposa : 

LE RACING CLUB DE FRANCE (en ciel et blanc) au STADE FRANCAIS (en bleu sombre) à Paris-La- Défense-Arena le 20 mars 1892.

La rencontre arbitrée par le Baron Pierre de COUBERTIN s'est soldée par la victoire du RACING CLUB sur le score 4 à 3.

Pierre de COUBERTIN dessina l'esquisse et  confia sa réalisation  à Charles BRENNUS qui cisela l'ouvrage fixé sur une planche en bois où est gravée la devise :

"LUDUS PRO PATRIA" (des jeux pour la patrie).

En 1895, Charles BRENNUS crée le SCUF (SPORTING CLUB UNIVERSITAIRE DE FRANCE),  qui ironie de l'histoire, a disputé deux finales de championnat en 1911 et 1913 mais n'a jamais soulevé le trophée battu respectivement par Bordeaux et Bayonne.

21 fois détenteur du titre de Champion de France, le Stade Toulousain est le club qui a le plus cohabité avec le bouclier.

Comme à chaque saison, la tradition veut que deux jeunes du SCUF RUGBY apporte le BRENNUS sur la pelouse du Stade de France avant le coup d'envoi de la rencontre. 

Cette année, la section féminine du club, récemment créée, était représentée par la jeune Hawa TOUNKARA qui était accompagnée d'un cadet du club. Hawa est la première fille de l'histoire à apporter le bouclier de BRENNUS aux vainqueurs du Top 14.

HISTOIRE DU BOUCLIER DE BRENNUS

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
maite-infos

Mon plaisir : faire plaisir à ma famille et mes amis, en préparant des petits plats simples mais relevés avec.... beaucoup d'amour.
Voir le profil de maite-infos sur le portail Overblog

Commenter cet article
J
MERCI Maïté pour cette belle histoire!
Répondre