UNE HISTOIRE D'HALLOWEEN

Publié le par maite-infos

halloween 3
Mon petit-fils Kyllian


J'ai relevé cette histoire "vraie" sur un blog, je suis sûre que beaucoup de "jeunes mamans" se reconnaîtront. Laissez-moi un message.....

 

Une mère épuisée qui se laisse contaminer depuis deux jours par le virus du petit dernier tente de se reposer avant la préparation générale pour la course aux bonbons.

Mal en point, elle songe à laisser son homme courir seul l'Halloween avec les petits, puis se ravise: c'est le premier Halloween du petit dernier (qui refuse obstinément d'enfiler -et de garder- son costume) et elle ne veut pas le rater.

Agréable course aux bonbons, température parfaite, garçons sages et polis.

La mère rentre à la maison avec les enfants après la soirée tandis que l'amoureux repart faire quelques courses.

Elle tente de ramasser un peu le bordel de la maison, mais le tout-petit est malade et refuse de quitter ses bras. Elle réussit à obtenir une liberté conditionnelle en installant son petiot devant un petit film sur l'ordinateur.

Elle commence à ranger mais se décourage rapidement: des sacs d'écoles, manteaux-vestes-chandails-pièces de costumes d'Halloween sont étendus en trop encombrants tapis sur le plancher. Les crochets de l'entrée débordent avec des manteaux de trois saisons différentes. Les sacs d'épicerie de l'après-midi ne sont toujours pas défaits, le comptoir est encombré et la (très grande) table est recouverte des bonbons, que ses enfants s'échangent dans une parfaite quiétude.

Après avoir demandé plusieurs fois coopération en vain, elle regarde le tout avec un détachement nécessaire et constate qu'elle n'y arrivera pas.

En réalité, elle ne fait qu'éteindre des feux. Rien de ce qu'elle entreprend ne paraît jamais réellement et tout est toujours à recommencer. Elle ne voit rien d'autre à faire que d'aller se recroqueviller sur le divan pour pleurer en silence son désespoir.

Son aîné entre dans la pièce, s'inquiète doucement. Elle lui nomme la situation telle qu'elle est.

Le fils descend retrouver ses frères et contrairement à ce auquel elle aurait pu s'attendre, il ne les invective pas. La fratrie remonte sur-le-champ, vient valider les propos de l'aîné et à sa discrète demande, commence à ranger sans délai.

Tout-Doux vient s'accroupir près de sa mère et déclare doucement avant de poursuivre les tâches attribuées par l'aîné: "Ce qui te ferait du bien à toi, c'est un bon bain chaud".

Le tout-petit vient trouver sa maman, pointe ses larmes et décrète, fasciné: "Ooh, l'eau! L'eauuu, maman!"

L'aîné, sans dire mot, ramasse les jouets du tout-petit qui gisent sur le plancher et apporte quelques chocolats à sa mère en espérant lui remonter le moral. L'homme rentre et Coco s'empresse d'aller le retrouver pour lui expliquer le drame: "Maman pleure parce que c'est toujours le bordel dans la maison et qu'elle doit encore ranger toute seule".

L'homme ordonne à son amoureuse d'aller se coucher. Grand-Charme lui propose un massage, s'informe professionnellement du "plus haut", "plus fort", "pincer plutôt que pétrir". L'aîné vient lui prêter main forte: Grand-Charme se charge du massage manuel et Fils Aîné de l'appareil à massage chiropratique. Ils forment une équipe harmonieuse que la mère apprécie malgré ses persistants sanglots.

Le tout-petit, malade, colleux et possessif tente de se faufiler entre ses frères pour se coucher sur le dos de sa mère afin d'établir clairement son territoire. L'aîné découvre avec amusement que le petit craint le bruit de l'appareil et utilise cette astuce pour le chasser de sa zone de travail. Le tout-petit se greffe à un flanc de sa mère en guettant d'un oeil la terrible machine.

L'homme s'apprête à mettre la marmaille au lit, mais Coco réussit à se rendre plusieurs fois jusqu'au QG du massage pour promettre à sa mère (et lui réitérer, et lui rappeler, et lui certifier, et lui revalider) que demain, il va l'aider à ranger la maison.

La mère se dit qu'en gestion de crise, ses garçons possèdent sans contredit quelques aptitudes.

 

 

Publié dans Histoires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean 02/11/2012 17:54


On a l'impression d'y être...et de connaître! JJ