750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PAVE DE SAUMON SUR UN LIT DE PURÉE DE PATATES DOUCES

Publié le par maite-infos

PAVE DE SAUMON SUR UN LIT DE PURÉE DE PATATES DOUCES

500 g de patates douces

1 cuillère à soupe de crème

sel - poivre - muscade

2 pavés de saumon

jus de citron

1 cuillère à soupe d'huile d'olive

Éplucher les patates douces. Les laver, les couper en petits cubes.

Mettre de l'eau à bouillir dans une marmite. Saler et ajouter les cubes de patates douces. Laisser cuire une trentaine de minutes, plus ou moins selon la grosseur des cubes.

S'assurer de la cuisson en plantant la lame d'un couteau.

Après cuisson, égoutter les cubes de patates douces et les réserver dans un plat.

Les écraser à la fourchette, crémer et assaisonner. Goûter et rectifier l'assaisonnement si nécessaire.

Préchauffer le four à 180°C.

Poser les pavés de saumon dans un plat recouvert de papier cuisson.

Saler, citronner les pavés et les arroser d'une cuillère à soupe d'huile d'olive.

Enfourner une dizaine de minutes.

Dresser sur assiette la purée surmontée d'un pavé de saumon.

 

Partager cet article

Repost0

UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN

Publié le par maite-infos

UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN

Depuis le début du printemps, je m'étonnais de ne voir aucune abeille sur les fleurs de pissenlits que je demandais à Jean de ne surtout pas tondre....

La semaine dernière, alors que je faisais un petit tour de jardin, manière de faire "quelques pas", j'ai tout d'un coup été entourée d'une colonie d'abeilles qui bourdonnaient et mon regard s'est porté sur un énorme essaim. Je n'ai pas demandé mon reste et j'ai appelé mon mari qui tout de suite à contacté M. ROMERA, l'apiculteur de notre village.

M. ROMERA est arrivé très vite, il venait justement de récupérer un essaim pas loin de chez nous.

Il a fait rentrer pratiquement tout l'essaim dans une ruchette dans laquelle il a placé un cadre avec du miel pour les nourrir. Il est reparti chez lui. Il est revenu récupérer la ruchette quelques heures après et nous a gentiment offert un pot de miel.

M. ROMERA nous a rassurés en nous disant qu'au début de l'essaimage les abeilles ne piquent pas. Elles n'ont pas de miel à défendre.

L'essaimage existe depuis des millions d'années, c'est leur moyen naturel de se multiplier.

Une fois sorties de leur léthargie les abeilles partent butiner pour nourrir les couvains.

La ruche augmente en population et devient trop étroite pour la colonie.

C'est à ce moment là, que "la reine mère" doit quitter les lieux et laisser sa place à "la nouvelle génération".

C'EST LA LOI DE LA NATURE.

Les abeilles qui restent dans la ruche choisissent entre 3 et 5 larves pour élire celle qui deviendra leur future reine.

La reine est exclusivement nourrie de gelée royale tout au long de sa vie.

Quant aux autres larves, elles sont alimentées de miel et de pollen.

La mère, des  milliers d'abeilles et de faux bourdons partent par beau temps après s'être "gavés" de miel pour tenir quelques jours. Plus la reine est âgée, plus vite elle fatigue et se pose. Toute la colonie forme une grappe autour d'elle.

UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN

Rapidement l'apiculteur doit intervenir pour cueillir l'essaim car ce premier arrêt est provisoire.

Les abeilles éclaireuses ont pour mission de prospecter et de trouver un abri où s'installera la colonie définitivement.

Arrivées à destination, les ouvrières construisent des rayons de cire qui accueilleront dans les alvéoles les œufs de la reine et les réserves de miel.

Au printemps, la reine pond plus de 1000 œufs par jour. 

UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN
UN ESSAIM D'ABEILLES DANS NOTRE JARDIN

Publié dans Infos

Partager cet article

Repost0

RECETTE DES MONAS

Publié le par maite-infos

RECETTE DES MONAS

Ma grand-mère maternelle préparait cette recette en Algérie, à la main bien-sûr, sans robot, en beaucoup plus grande quantité puis les faisait cuire dans le four du boulanger.

Maman et mes Tantes m'ont  toujours dit que les gâteaux de leur mère étaient les plus beaux.

Le lundi de Pâques, la famille et les amis se donnaient rendez-vous au Fort Lamoune pour pique-niquer et manger "le riz a l'espagnole". Au dessert grands et petits se régalaient en dégustant la MONA.

Il y a quelques années, en Espagne, dans un tout petit village, j'ai vu des femmes qui amenaient leurs pâtisseries et leur gratins chez le boulanger qui les faisait cuire une fois sa fournée de pain terminée.

Ingrédients pour 4 monas :

500 g de farine spéciale pour brioche ou pain au lait

1 pincée de sel

150 g de sucre en poudre

80 g d'huile

3 œufs 

80 g de lait tiède

42 g de levure fraîche de boulanger

1 zeste de citron non traité

3 cuillères à soupe d'eau de fleur d'oranger

3 sachets de sucre vanillé

dorure :

​​​​​​​1 jaune d’œuf 

du sucre en grains

--------------

Faire tiédir le lait et ajouter la levure émiettée. Bien mélanger. 

Pendant ce temps, mettre tous les ingrédients dans la cuve du robot puis ajouter le mélange lait/levure.

Malaxer pendant 1/4 d'heure.

Filmer le bol du robot et le mettre près d'une source de chaleur. L'hiver je le mets "sous la couette".

Laisser doubler de volume, voire plus, pendant plusieurs heures.

Former 4 boules d'environ 250 g chacune.

Les poser sur une plaque recouverte de papier cuisson. Les laisser lever de nouveau dans un four préchauffé à 30°C.

Les retirer du four et l'éteindre.

Faire une croix avec une paire de ciseaux, dorer avec le jaune d’œuf dilué dans de l'eau et parsemer de sucre en grains.

​​​​​​​Hier, pour la première fois, j'en ai faite une en ajoutant sur le dessus de la mona un œuf frais que j'ai fixé avec deux bandes de pâte en croix.

Enfourner dans le four FROID puis programmer 30 minutes à 160°C.

Refroidir les monas sur une grille.

RECETTE DES MONASRECETTE DES MONAS
RECETTE DES MONASRECETTE DES MONAS

Publié dans Pâtisserie

Partager cet article

Repost0

ANNIVERSAIRE DU BLOG MAITE-INFOS

Publié le par maite-infos

ANNIVERSAIRE DU BLOG MAITE-INFOS

Neuf ans aujourd’hui que je prends plaisir à nourrir "presque" tous les jours ce blog ouvert le :

11 avril 2011.

Je vous remercie pour vos visites régulières qui me donnent envie de continuer l’aventure......

Très très belles fêtes de PÂQUES à vous toutes et tous. 

 

 

ANNIVERSAIRE DU BLOG MAITE-INFOS

Publié dans Infos

Partager cet article

Repost0

PURÉE DE POTIRON ACCOMPAGNÉE DE BOUDIN A L'OIGNON

Publié le par maite-infos

PURÉE DE POTIRON ACCOMPAGNÉE DE BOUDIN A L'OIGNON

680 g de potiron congelé en cubes 

10 cl de lait

sel 

fromage râpé

boudin à l'oignon 

Mettre les cubes de potiron dans une marmite sans rajouter d'eau. Remuer quelques minutes.

Couvrir et laisser cuire une trentaine de minutes.

Chauffer 10 cl de lait. Saler.

Mettre le tout dans un blender. Mixer une trentaine de secondes.

Réserver dans un plat. Saupoudrer de fromage râpé.

Mettre à gratiner dans un four préchauffé à 180°C.

Pendant ce temps, dans une poêle, déposer le boudin et le cuire une dizaine de minutes.

------------

(Un grand merci à mes Amis qui nous ont donné des potirons de leur jardin, potirons que je cuisine beaucoup depuis le début du confinement.

C'est dans ces moments là que l'on apprécie le congélateur)

 

PURÉE DE POTIRON ACCOMPAGNÉE DE BOUDIN A L'OIGNON

Publié dans Légumes

Partager cet article

Repost0

CHOU-FLEUR GRATINE PARMENTIER

Publié le par maite-infos

CHOU-FLEUR GRATINE PARMENTIER

500 g de chou-fleur cuit

250 g de pommes de terre

1 oignon

1 cuillère à soupe d'huile

sel

160 g de viande hachée 

15 cl de lait

noix muscade

10 g de beurre

30 g de fromage râpé

Cuire le chou-fleur dans l'eau bouillante salée. S'assurer de sa cuisson en plantant la lame d'un couteau.

Refroidir et égoutter.

Cuire les pommes de terre épluchées dans l'eau froide. Saler à ébullition.

Dans un saladier, réunir le chou-fleur et les pommes de terre. Les écraser à l'aide d'une fourchette. Ajouter le lait, le beurre et la muscade. Saler.

Dans une poêle, avec l'huile, faire revenir l'oignon émincé ainsi que la viande. Saler.

Préchauffer le four à 180°.

Dans un plat, mettre une couche de purée chou-fleur/pommes de terre.

Recouvrir d'une couche de viande.

Continuer jusqu'à épuisement des ingrédients.

Saupoudrer de fromage râpé.

Mettre à gratiner au four.

 

CHOU-FLEUR GRATINE PARMENTIER

Publié dans plat unique

Partager cet article

Repost0

SOUVENIRS D'ENFANCE

Publié le par maite-infos

SOUVENIRS D'ENFANCE

- Bernadette, peux-tu me raconter ton enfance ?

- Je suis née le 9 février 1946, je suis la 11ème de 15 enfants.

En 1949, mes parents ont reçu le prix Nestlé comme en témoigne la photo ci-dessous, la famille s'est ensuite agrandie de jumeaux.

SOUVENIRS D'ENFANCE

- Dans mon enfance, nous habitions "une petite maison" dans un "petit village"dans le Gard, pas loin de Nîmes.

Ma Maman savait tout faire, la cuisine, la couture, le tricotage, le rapiéçage et surtout elle n'avait pas son pareil pour accommoder les restes.

Mon Papa travaillait dur aussi. Il cultivait la vigne et les légumes.

Il avait deux vaches qui nous donnaient du lait.

Maman faisait le beurre et le fromage.

Lorsqu'une vache vêlait, 4 ou 5 mois après (je ne me rappelle pas exactement), mon Père tuait le veau. Nous conservions la viande à la cave.

Chaque année, mes Parents élevaient deux cochons. Les voisins venaient les aider pour les transformer en saucisse, saucisson, boudin, jambon, fritons.

L'hiver 56 m'a particulièrement marquée. Nous n'avions aucun confort, juste une cabane "au fond du jardin" en guise de toilettes. Comme la plupart des personnes de ma génération, nous n'avions pas de salle d'eau. Pour nous laver, nous faisions chauffer de l'eau que nous mettions dans une cuvette.

Nous avons beaucoup souffert du froid. Nous dormions 5 dans le même lit. Nous prenions un gros caillou dans le champ et le mettions au-dessus de la cheminée. Une fois chaud, nous l'enveloppions d'un chiffon et le placions au fond du lit pour réchauffer nos pieds.

A 12 ans je souffrais de maux de tête terribles, je tombais dans les paumes.

Papa m'a conduite chez un guérisseur qui lui a dit : "Ne cherchez-pas, c'est l'appendicite".

La maîtresse ne me voulait plus en cours car je me trouvais mal. Un de mes frères venait me chercher pour me ramener à la maison.

Le jour de ma communion j'ai fais un malaise dans l'église. Mon beau-frère m'a ramenée chez moi et m'a couchée.

J'ai connu "le confort" chez mes parents à 19 ans.

Ma maman nous a quittés l'année de mes 20 ans. Mon Papa est resté seul jusqu'à son départ en 1990.

Un de mes frères jumeaux est parti les rejoindre en 2016.

Nous nous entendons tous très bien. Nous formons une belle famille.

J'ai rencontré mon mari le 3 juillet 1972, nous nous sommes mariés 5 mois après.

Ma fille chérie fêtera ses 40 ans dans quelques jours. Je suis grand-mère d'un petit garçon de 8 ans.

J'ai la nostalgie de mon enfance malgré les privations et le manque de confort.

Je pense très souvent à mes Parents et je les remercie de l'AMOUR qu'ils nous ont donné.

Cet AMOUR me réchauffe le CŒUR encore aujourd’hui.

Merci Bernadette pour ce témoignage des plus émouvants que tu as bien voulu m'autoriser à publier sur mon blog.

Je te souhaite d'être heureuse auprès de ceux qui te sont chers et j'espère te revoir très bientôt lorsque la situation sera redevenue normale.....

Publié dans Infos

Partager cet article

Repost0

VISITE CHEZ MONSIEUR JEAN MARC COULOM - DERNIER FABRICANT DE BALAIS ARTISANAUX

Publié le par maite-infos

VISITE CHEZ MONSIEUR JEAN MARC COULOM - DERNIER FABRICANT DE BALAIS ARTISANAUX

Lors de notre passage à Grisolles (82), après avoir visité le musée Calbet, nous sommes allés rendre visite à Monsieur Jean-Marc COULOM, dernier fabricant de balais en paille de sorgho dans la région.

Ce savoir-faire date des années 1850. Le régisseur de la poste aux chevaux, M. PEYREBRUNE,  s'est retrouvé sans travail avec l'arrivée du train à Grisolles.

C'est à ce moment là que lui a germé l'idée de fabriquer des balais comme on les trouve encore aujourd'hui chez Monsieur COULOM.

Entre 1910 et 1925, près de 400 ouvriers fabriquaient des balais dans une vingtaine d'ateliers à Grisolles et dans les alentours Pompignan, Canals...

Chaque jour 6000 balais étaient expédiés dans toute la France et jusqu'en Angleterre par le Havre.

Jean-Marc COULOM nous a gentiment accueillis dans "sa brosserie" où il travaille la paille de sorgho depuis le 1er juillet 1987 pour la transformer en balais, balais 100 % "occitans" fait main. Autrefois la paille était récoltée dans la région, depuis les années 90,  elle est achetée dans les pays de l'Est.

Il achète les manches en bois des Landes dans les environs de Casteljaloux.

Ci-dessous : la liste des différents modèles fabriqués :

- la Fanette ;

- Le Balejon" ;

- Le "6 fils rouges" ;

- Le "5 fils rouges" ;

- "Le Moquette".

Merci de visionner les vidéos ci-dessous pour de plus amples explications.

Jean-Marc est un homme passionné, ouvert au monde et qui a un objectif ;

"Transmettre un savoir faire artisanal

qui a fait de Grisolles, durant plus de 100 ans,

la capitale française et même européenne du balai".

Un grand merci Jean-Marc pour votre accueil chaleureux et vos intéressantes explications et anecdotes.

Au plaisir de vous revoir.

VISITE CHEZ MONSIEUR JEAN MARC COULOM - DERNIER FABRICANT DE BALAIS ARTISANAUX

C'est sur cette chaise, plus que centenaire, dont il a héritée du grand-père de son ami, qu'il transforme la paille de sorgho.

VISITE CHEZ MONSIEUR JEAN MARC COULOM - DERNIER FABRICANT DE BALAIS ARTISANAUX

Publié dans Infos

Partager cet article

Repost0

FICELLES PICARDES

Publié le par maite-infos

FICELLES PICARDES

Dans les années 1950, lors d'une foire exposition à Amiens, un repas était servi aux notables du département.

Pour cet événement, les restaurateurs d'Amiens devaient participer à la création du menu en y apportant leur touche créative.

Pour l'occasion, le Chef de l'Hôtel du Commerce, Marcel LEFEVRE créa "LA FICELLE PICARDE":

- de la farine, des œufs, du lait pour réaliser la pâte à crêpes,

- des champignons de Paris, des échalotes, du jambon, du gruyère râpé, de la crème fraîche, du vin blanc sec, un peu de beurre pour faire revenir les champignons et du sel.

FICELLES PICARDES

J'ai réalisé 9 petites "ficelles picardes" sans mettre de vin blanc (je l'ai oublié). Au lieu de mettre une tranche entière de jambon, je n'en ai mis qu'un quart. Nous sommes confinés, je limite la consommation.

Pâte à crêpes : 

170 g de farine

sel

3 œufs

1/2 l de lait

1 cuillère à soupe d'huile

--------------

Pour la Duxelle :

220 g de champignons de Paris (net épluchés)

200 g d'échalotes (net épluchées)

1 cuillère à soupe d'huile

muscade

poivre (facultatif)

crème fraîche épaisse

Jambon blanc

gruyère râpé

Pour gagner du temps, les crêpes peuvent être faites la veille.

Mixer les champignons et les échalotes. 

Dans une poêle, avec une cuillère d'huile, faire revenir ce mélange une vingtaine de minutes. Saler et saupoudrer légèrement de muscade. 

Ajouter une cuillère à soupe de crème fraîche. Bien remuer.

Étaler une crêpe, côté doré à l'extérieur. Poser 1/4 de tranche de jambon, recouvrir d'une cuillère à soupe de Duxelle. Replier les bords et rouler.

Préchauffer le four à 180°C.

Napper le plat d'une fine couche de crème. Déposer les crêpes.

Poser une cuillère à café de crème sur chaque crêpe. Recouvrir de fromage râpé.

Enfourner une vingtaine de minutes.

Les crêpes natures restantes peuvent être dégustées sucrées....

 

FICELLES PICARDES
FICELLES PICARDES
FICELLES PICARDES
FICELLES PICARDES
FICELLES PICARDES
FICELLES PICARDES

Publié dans Amuse-bouches

Partager cet article

Repost0

TAPAS DE POMMES DE TERRE

Publié le par maite-infos

TAPAS DE POMMES DE TERRE

Faciles, rapides, ces amuse-bouches sont moins caloriques que des chips.....

Laver et cuire les pommes de terre dans une casserole d'eau froide. Saler à ébullition.

S'assurer de la cuisson en plantant la lame d'un couteau.

Refroidir les pommes de terre, les éplucher.

Les couper en tranches pas trop fines. Les saler légèrement.

Les recouvrir de tapenade, de fromage frais...  laisser libre cours à votre imagination.....

Régalez-vous.....

 

Publié dans Amuse-bouches

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>